La Place du Mort 2020

La place du mort


2020

100x180cm, Reproduction de photo d’archive sur papier au crayon et fusain


Cette photographie de l’enterrement des miniers décédés lors de la catastrophe de Liévin fait partie de ma collection personnelle de documents glanés dans les vides greniers. Collectionneuse, j'accumule notamment les photographies d'enterrement. Ce qui me fascine dans ce type de photographies, c’est la position du photographe. Quasiment toujours en retrait, par pudeur ou soucis de prise de vue, souvent positionné derrière les cercueils, il capture la procession depuis un angle très particulier. Ici, il occupe complètement la place d'un mort, extérieur à la scène, qui regarde en flottant son propre enterrement.
J’ai eu besoin de m’approprier cette image par le dessin, procédé instinctif chez tout un chacun depuis l’enfance, me permet de me réapproprier les images en convoquant mon intime sur elles. Dans une volonté de remise à l’échelle, le dessin constitue une fenêtre dans laquelle le spectateur, placé à l’extérieur, prend par la prise de vue particulière la place du fantôme ou tout du moins d’un témoin qui assiste de manière complètement extérieure à un événement auquel il n’est pas convié.

L'usage du non-finito est également un processus qui m'est cher, dans le sens où il laisse en suspend une scène déjà spectrale, la matière s'arrêtant pour resurgir.