Série de broderies murales -Perçus


2019

170 x 300 cm Peinture sur tissu brodé à même le batiment, oeuvres in-situ réalisées dans le village de Soueich à l’occasion de la Semaine des arts.

 

Ces visages, à peine visible au premier abord, sont issus de la pixellisation d'une photographie extraite des archives de Saint-Gaudens, et plus spécifiquement des carnets anthropométriques imposés aux romanichels dans le cadre de la  loi du 16 juillet 1912 sur les nomades. Sa mesure phare était la création d’un carnet anthropométrique individuel mais aussi collectif, obligatoire pour tous les nomades et leur famille ainsi que leur « groupe » – y compris les enfants. Ce fichage, a pris fin sous cette forme en 1969. Ce système fait écho à de nombreuses mesures prises à l'encontre des migrants d'aujourd'hui, et réveille en moi le souvenir de cette phrase de Walter Benjamin «  Une image, au contraire, est ce en quoi l'Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. ». Ce projet est venu s'ancrer au cœur du village de Soueich, dans le cadre d'une semaine des arts ayant pour thématique le lien. Lorsque je suis arrivée sur place, j'ai pu constater la chaleur humaine qui émane des habitants, et apprendre que de sûrcroit, le village accueille très régulièrement des familles de réfugiés. Forte des constats réalisés au contact des archives de la Haute Garonne, j'ai alors eu envie de créer une identité anonyme, un symbole ; on sait combien les images et nos visages sont aujourd'hui pixellisés, normalisés. « Qui est cette personne ? » m'ont demandé les villageois. Peu importe, finalement, puisque ce qui compte c'est que son visage est de nouveau ancré dans les treillis du village, ces canevas géants qui ont sautés aux yeux de la brodeuse que je suis. Banni hier, il est accueilli de nouveau quelque part, replacé dans le champ visuel d'une commune. Ici, les liens ont été tissés à nouveau, dans l'âme architecturale du village, entre population exclue, ostracisée et gens prêts à accueillir à bras ouvert ceux qui traversent le Comminges, d'où qu'ils soient.